le 1er Mars 1815

Le 1er mars 1815 Napoléon qui s’est évadé de l’île d’Elbe revient en France et débarque à Golfe-Juan.

Cette période va être marquée par sa remontée vers Paris car toutes les troupes envoyées par le roi pour arrêter sa progression vont se rallier à sa personne. Le 20 mars 1815, Napoléon entre à Paris et reprend aussitôt le pouvoir civil et militaire qu’il avait quitté en abdiquant. Il réorganise son armée, faisant appel à ceux qui ont servis sous ses ordres. Il va marquer sa sollicitude à l'égard des pontonniers dont il a tant manqué lors de la campagne de France de 1814. Sa correspondance et ses ordres à ce sujet sont explicites. En voici le résumé:

«  Les trois dépôts de pontonniers de Douai,  Metz et Strasbourg  seront réunis dans cette dernière ville. Le 10 mai, les équipages de pont qui se préparent au 2 émie corps d'armée à Douai manquent de cordages. Le lendemain 11 mai, l'équipage de pont de l'armée du Nord doit pouvoir passer l’Escaut, la Sambre et les canaux de Belgique. Le 13 mai 1815. Nous avons 8 compagnies de pontonniers. Laissez en une à Strasbourg, une à Metz, les 6 autres à Douai, Paris et Laon. Commandées par le meilleur officiers de pontonniers, elles seront affectées à l'équipage de pont de l'armée du Nord. Le 12 mai, le rapport sur les équipages de pontons me paraît un peu vague. Vous ne faites pas connaître le nombre de chevaux d’artillerie qu’il faut pour atteler ces pontons et quant ils seront attelés . Vous me dites que les haquets et pontons sont réunis aux dépôts de Lille, La Fère et Saint-Omer. Que vous faite organiser à Paris un équipage de même force que celui de Douai. Répondez plus catégoriquement. Quelle est la largeur des canaux de Condé, de l’Escaut du côté de Mons, de la Sambre, du canal de Charleroi, de ceux de Bruges et de Bruxelles et enfin de la Meuse du côté de Maastricht ? Combien faut-il de pontons pour faire un pont sur chacune de ces rivières. ? Combien ais-je de pontons sur haquets prêts à partir de Paris ? Quand pourront-ils être réunis dans une position entre Avesnes et Laon ? Combien faudra il de compagnies pour le service de ces pontons ? »

Fonderie de canons de Douay

A la lecture de ces instructions et ces interrogations, on constate que dès la fin du mois d'avril, l'Empereur sait que les armées coalisées porterons leurs efforts sur la Belgique.  Il réagit en conséquence et à partir du 15 mai, il réussit à reconstituer 10 compagnies de pontonniers, ce qui lui permet d'en envoyer une à Lyon pour l'armée des Alpes, de renforcer Strasbourg avec 2 compagnies et de garder les 6 autres entre Paris, Laon et surtout Douai où le dépôt de matériels de cette ville disposait du seul équipage de pont disponible, soit  30 pontons et 10 bateaux. Il ordonne de les faire atteler par des chevaux d’artillerie et non par ceux de réquisition . A cet effet, il fait acheter 300 chevaux pour les pontonniers le 26 mai 1815 et 1700 pour la Garde impériale. Puis il fait déplacer 5 des 6 compagnies de pontonniers dont il dispose à Guise ( Aisne) avec les bateaux disponibles, en précisant bien de pas utiliser les chevaux de la Garde. Ces 5 compagnies étaient à disposition du parc de réserve du général Reille en attendant leurs affectations définitive, précisant «  Garder l’ancienne compagnie de Vincennes en cas de besoins ». 

Puis il fait concentrer un parc d'artillerie important au fort de Vincennes composé de 150 canons et quelques 650 voitures.

L'armée du Nord et ses pontonniers

Par un travail acharné et malgré les pertes subies lors de la campagne de Russie, l'Empereur réussit à rassembler quelques 160.000 hommes qu'il concentre dans le département de l'Aisne entre Guise, La Fère, Laon et ainsi qu'à Douai dans celui du Nord , au plus près de  la  Belgique  où les armées coalisées se rassemblent.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×